Montpellier : Un livreur Chronopost violemment attaqué au couteau. Le client dans son bain, lui avait demandé d’attendre devant chez lui pour la livraison de son colis

Capture twitter

Ce mercredi, un livreur de la société Chronopost a été violemment agressé lors de sa tournée par un client mécontent. La scène s’est déroulé dans le quartier des Prés d’Arènes, à Montpellier.

Sur une vidéo postée sur les réseaux sociaux, on aperçoit un individu armé d’un couteau de boucher qui insulte un livreur de colis. Ce dernier est violemment bousculé puis frappé d’un coup de tête, avant de recevoir un coup de couteau au niveau du cou et de la main.

La victime s’empressera ensuite de rentrer dans son fourgon pour se mettre en sécurité. Les forces de l’ordre dépêchées sur place interpelleront l’individu qui reprochait au livreur d’être arrivé en retard.

Sur twitter, la soeur de la victime s’est exprimé et a raconté les faits. Elle explique : « Le 14 avril 2021, à Montpellier, mon frère a failli se faire égorger en pleine rue et en plein jour par un client. Mon frère (en vêtements Chronopost) a appelé la femme de l’agresseur pour lui dire qu’il était en bas et qu’elle devait venir récupérer le colis. Elle lui dit qu’elle n’était pas sur place et que son mari était dans son bain. Elle lui demande d’attendre qu’il finisse son bain, mon frère lui répond qu’il déposera son colis en point relais car il n’a pas le temps d’attendre et qu’il a d’autres colis à livrer.« 

« La femme lui demande de repasser car n’ayant pas de voiture elle ne peut pas se rendre en point relais. Mon frère, par gentillesse, reviens lui livrer son colis et trouve son mari devant la résidence, armé d’un couteau d’environ 50 cm. Il a agressé mon frère qui n’a présenté aucun signe de violence, ni même de défense.« 

« Mon frère a 5 jours d’ITT, le nez déplacé dont 1 point de suture sur le nez, une entaille au niveau du cou et 3 points de suture au niveau du doigt car il a protégé son cou avec sa main. Il aurait pu perdre la vie en livrant un colis. C’est inimaginable.« 

Déjà condamné en 2017 par le tribunal correctionnel de Chaumont, en Haute-Marne à un an de prison ferme pour des violences volontaires avec arme, l’agresseur a été déféré ce vendredi au parquet de Montpellier et jugé cet après-midi en comparution immédiate au tribunal correctionnel. L’auteur présumé, un toxicomane qui fume des joints de cannabis chaque jour, a demandé le renvoi de son procès pour mieux préparer sa défense. Les juges ont accepté sa demande, l’audience a été fixée au mois de juin, mais, en attendant, il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire relate actu.fr