Eure : Il se venge d’un prédateur sexuel présumé et termine en prison

© Kevin Bonkendorf Photographie

Un jeune homme de 23 ans a été jugé et condamné pour s’être vengé de son agresseur présumé.

Les faits remontent au 15 juin 2019, ce jour-là Édouard D se trouve avec un ami dans un café. Comme le relate Paris-Normandie, il explique à la barre du tribunal, « On était au bar “Le flash”, on avait picolé. J’ai vu Patrick, je lui ai dit, tu me reconnais ? », « Non, pas du tout », lui réplique l’interpellé. « Parce que moi je te connais bien », répond le prévenu avant de lui asséner trois coups de poing au visage. Son ami les sépare et le patron du café les met à la porte.

Un peu plus tard, il croise à nouveau le chemin de ce Patrick et le roue de coups avec son ami. Les gendarmes découvrent l’homme de 55 ans allongé au sol, le visage ensanglanté. L’homme s’en sort avec trois côtes cassées, un pneumothorax et des fractures faciales. Après enquête, une rumeur arrive aux oreilles des gendarmes faisant de Patrick un prédateur sexuel, et que Édouard aurait été l’une de ses victimes.

Le président du tribunal lui demande, « Mais pourquoi ne pas avoir fait part de tout cela aux gendarmes ou à la justice  ?» « Parce que ce n’est pas facile de parler de ces choses-là, se justifie non sans émotion le prévenu. Je le croisais de temps en temps en ville, mais ce jour-là, face à lui, me sont remontées les images de ce type qui nous masturbait, mon frère et moi, alors que j’avais 8 ans. »

Édouard a finalement été condamné à huit mois dont quatre de prison ferme aménageable. Son ami a également été condamné à cinq mois de prison avec sursis simple.