Tribune des militaires : Un capitaine de gendarmerie d’active rompt le devoir de réserve ce matin sur Cnews. Regardez

Capture Cnews

Ce mardi matin, sur la chaine de télévision Cnews, un Capitaine d’active de gendarmerie a rompu le silence sur le plateau de Jean-Marc Morandini après avoir signé les deux tribunes des militaires.

« Il m’a semblé que le devoir de vérité était plus important que le devoir de réserve. Ce que nous traversons depuis des années, des mois maintenant, me parait trop grave au regard des violences, au regard de l’insécurité, des injustices que le peuple français a à connaitre. Il m’a semblé nécessaire de faire connaitre cette réalité. Le peuple de France a le droit que l’on dise les choses, que l’on cesse d’être dans ce déni et a le droit au changement », débute-t-il.

Et d’ajouter : « Ça méritait de prendre ce risque en rompant mon devoir de réserve (…) Il m’a semblé nécessaire de signer les deux lettres parce que je croyais aux convictions, aux vertus que l’on y trouve (…) La violence qui se répand, ces injustices et cette incapacité de la justice de notre pays à répondre aux attentes des justiciables, de ceux qui souffrent. Nous, gendarmes et policiers, nous sommes écœurés par l’incurie de cette justice. Nous sommes scandalisés par ces peines de prison qui ne sont jamais données à ceux qui nous font tant de mal ».

« La France dans laquelle nous évoluons aujourd’hui n’est pas la France que nous voulons transmettre à nos enfants. Aujourd’hui, c’est une France de la violence, une France de l’irrespect, une France du désordre, du chaos. Rien ne change », a continué Hervé Moreau en déclarant que « la situation est trop grave ». « Je risque un autre blâme de la ministre des Armées, Madame Florence Parly. Je crains qu’elle n’ait pas le temps de me sanctionner parce que dans quatorze jours, j’aurai quitté mes fonctions », a-t-il conclu. Regardez.