Villejuif : Le maire de la ville désarme ses policiers municipaux prétextant vouloir « miser sur l’humain »

À Villejuif, le maire de la ville a décidé de retirer à sa police municipale, la brigade canine, les lanceurs de balle de défense (LBD) et les pistolets à impulsion électrique.

Cela afin, selon lui de miser « sur l’humain« , en créant ainsi une équipe de médiation et une brigade « de cadre de vie« .

Comme l’explique le maire, Pierre Garzon sur BFMTV, « L’essentiel des décisions c’est une réorientation en matière de sécurité publique et locale (…) on passe de 18 agents à 30 agents d’ici à la fin de l’année ». Avec cette décision, le maire souhaite « une police qui ne se confond pas avec la police nationale ». « Je mise sur l’humain, la présence des policiers sur le terrain ».

Un nombre de policiers municipaux qui devrait encore augmenter « avec une brigade des médiateurs et une brigade « de cadre de vie« , à environ 45/50 agents. « C’est plus qu’un triplement du nombre d’effectifs pour la police de Villejuif » insiste l’élu communiste.

Cependant, considérant que l’uniforme porté par ses agents est devenu une cible de ceux qui projettent des attentats sur le sol français, il a décidé qu’ils garderont leur arme de service.

Pierre Garzon, élu en 2020, explique que sa ville est « comme dans toutes les villes de banlieue, sous la pression d’une forme de grande délinquance« , même si Villejuif n’est « pas un ilôt » de la délinquance. Et l’élu d’insister: « Ce n’est pas la police municipale qui va régler le problème« , « la police municipale n’est pas la BAC« .