Emmanuel Macron souhaite créer un statut de « mort pour le service de la République » pour « les agents publics décédés dans des circonstances exceptionnelles ». Regardez

Emmanuel Macron souhaite créer un statut de « mort pour le service de la République » pour « les agents publics décédés dans des circonstances exceptionnelles », indique-t-il dans une vidéo publiée sur Twitter.

Et d’ajouter qu’il souhaite également que leurs enfants soient considérés comme pupilles de la nation. Le gouvernement présentera « un projet d’amendement en ce sens » aujourd’hui au Parlement, déclare Emmanuel Macron, dans une vidéo publiée sur Twitter.

« Morts pour la France.  Morts pour le service de la Nation. Morts pour le service de la République.  Notre République tiendra ses engagements envers celles et ceux qui se sont engagés pour elle. C’est un acte de justice et de fraternité. », écrit le président comme message pour accompagner sa vidéo.

Le statut de Pupille de la Nation est attribué à un enfant dont l’un des parents a été tué ou gravement blessé lors d’une guerre, d’un acte de terrorisme ou dans le cas d’un fonctionnaire mort dans l’exercice de ses fonctions, peut en faire la demande.

Une fois adopté, il devient pupille de la nation à vie et bénéficie d’un soutien matériel et moral. Cet accompagnement individualisé, piloté par l’ONACVG (Office national des anciens combattants et victimes de guerre), peut prendre des formes très variées : bourses scolaires et universitaires, de séances de psychothérapie, d’aides à la recherche d’un premier emploi, d’exonération de frais de scolarité ou d’examen ou encore la possibilité d’admission dans les lycées militaires.

Né en 1917, ce statut est un héritage de la Première Guerre mondiale. Il s’agissait à l’époque d’apporter une protection aux milliers d’orphelins de guerre. L’ONACVG indique que 905 pupilles de moins de 21 ans étaient accompagnés fin 2019. Au 22 octobre, 64 enfants avaient été adoptés par la nation en 2020.