Essonne : L’absence remarquée de la direction aux obsèques d’un policier fait grincer des dents. « Stéphane n’était pas un simple fonctionnaire. C’était le policier le plus décoré de l’Essonne ».

Viry-Châtillon obsèque Stéphane P. DR

Stéphane P., 49 ans, a mis fin à ses jours le 26 mai dernier, près de Roanne, dans la Loire.

Très apprécié, 350 personnes avaient fait le déplacement ce vendredi pour rendre un dernier hommage à ce policier. Une absence a été remarquée celle de Thierry Ferré, directeur de la sécurité publique (DDSP) de l’Essonne et celle de son adjoint.

Comme l’explique des collègues du fonctionnaire au Parisien, « Des commissaires qui l’ont connu dans le passé ont fait le déplacement, parfois depuis le sud de la France. Des gens ont pris l’avion pour venir à ses obsèques. Et notre direction ne vient pas… C’est une déception de plus. Stéphane n’était pas un simple fonctionnaire. C’était le policier le plus décoré de l’Essonne. Il a eu presque toutes les médailles. La police, c’était sa famille ».

Le média parisien a d’ailleurs déjà écrit un papier sur ce flic à la carrière hors du commun. En mai 2014, il le définissait comme le « policier le plus courageux ». Et pour cause, à son actif, une intervention dans le pavillon d’un homme suicidaire menaçant de se faire sauter avec des bouteilles de gaz, l’évacuation d’un avion crashé au décollage, la maîtrise d’un désespéré voulant sauter d’un pont au-dessus de l’A6. Il avait aussi sauvé des flammes deux jeunes hommes victimes d’un accident de la route, l’un d’eux étant coincé par son airbag. « Il était au-dessus du lot, dépeint un policier. Il était d’une intelligence supérieure ».

Contacté par le média parisien, le DDSP a expliqué que « la direction départementale était représentée par le chef du service d’ordre public, service dans lequel était affecté M. P. jusqu’en mars 2021. » Thierry Ferré ajoute : « La direction départementale et la direction zonale de la formation ont en outre facilité la participation des agents aux obsèques par la fourniture de deux bus et en permettant l’escorte du cortège funèbre par deux motocyclistes. Une minute de silence a été organisée dans tous les services au moment des obsèques, dont celle d’Évry que j’ai présidée. Malgré cela, dans les rangs des policiers, on ne comprend pas l’absence du patron des policiers essonniens et de son adjoint…