France : 1 policier sur 4 dit avoir eu des pensées suicidaires

Photo Sébastien Fox

Une étude récente organisée par la Mutuelle des forces de sécurité (MGP) est alarmante. 1 policier sur 4 aurait en effet eu des pensées suicidaires au cours de la dernière année ou auraient entendu des collègues vouloir le faire.

Soit six fois plus que la moyenne chez les actifs, selon un bulletin de Santé Publique France. Ce baromètre, réalisé par la Mutuelle des forces de sécurité (MGP) et dévoilé ce lundi par FranceInfo et Le Monde, prend en compte les réponses de plus de 6 200 agents, collectées entre le 17 février et le 25 mars.

En 25 ans au moins 1.100 policiers ont mis fin à leurs jours. Soit 44 par an. « l’équivalent d’une importante direction départementale de la sécurité publique rayée de la carte en une génération », relève Benoît Briatte, le président de la MGP. Depuis le début de l’année 2021, 16 agents se sont déjà suicidés en France.

Au total, « 40 % des policiers sont en détresse psychologique », révèle l’étude. Et ce sont les fonctionnaires les plus jeunes, entre 30 et 34 ans, qui sont les plus touchés. « L’effort de prévention doit avant tout porter sur les plus jeunes, qui entrent parfois en école sans avoir une idée des difficultés qu’ils vont rencontrer tout au long de leur parcours professionnel », note Benoît Briatte.

Pour la Mutuelle des forces de sécurité, ces résultats peuvent s’expliquer, en partie, par les tensions ressenties entre les forces de l’ordre et la population. Surtout, l’étude pointe du doigt « l’ambiance au travail » : 46 % des fonctionnaires estiment que cette ambiance est dégradée.

« Les relations avec les supérieurs et les collègues, la non-reconnaissance du travail effectué ou le sentiment de ne plus rien apprendre de nouveau influent le plus fortement sur les pensées suicidaires », ajoute le président de la MGP. Ce dernier souhaite encourager et faciliter l’accès des policiers à des consultations psychologiques.