Affaire Elodie Kulik : Willy Bardon condamné en appel à 30 ans de réclusion criminelle pour viol, enlèvement et séquestration suivis de la mort d’Elodie

Photo DR

Willy Bardon a été condamné en appel à trente ans de réclusion criminelle pour viol, enlèvement et séquestration suivis de la mort d’Elodie Kulik en 2002. Il comparaissait depuis le 14 juin devant la cour d’assises d’appel du Nord.

Le verdict est tombé vers 15H30 ce jeudi. Willy Bardon a été condamné en appel à Douai ce jeudi à trente ans de réclusion criminelle pour viol, enlèvement et séquestration suivis de la mort d’Elodie Kulik la directrice d’agence bancaire de 24 ans, enlevée dans sa voiture, violée, étranglée et brûlée dans la nuit du 10 au 11 janvier 2002 à Tertry (Somme).

Dans cette affaire, aucune preuve scientifique formelle n’accable Willy Bardon, et les méthodes des enquêteurs sont contestées. Mais les gendarmes ont dressé 23.000 procès verbaux, réalisé 5.500 prélèvements ADN, exploité des « centaines de pistes », a détaillé la substitute générale Annelise Cau, jugeant l’enquête « sérieuse ». « Trente ans, c’est une peine adaptée », a conclu l’avocate générale. « Ce n’est même pas la durée de la courte vie d’Elodie Kulik. »

En première instance, en 2019 devant les assises de la Somme, il avait été condamné à trente ans de réclusion pour les mêmes infractions. Dès l’énoncé du verdict, il avait tenté de se suicider en ingurgitant un pesticide.

Willy Bardon a été condamné en appel à Douai à trente ans de réclusion criminelle pour viol, enlèvement et séquestration suivis de la mort d’Elodie Kulik en 2002, clamant toujours son innocence.