Assa Traoré relaxée par la justice. Elle était poursuivie en diffamation par trois gendarmes

Dans un message posté sur les réseaux sociaux, Assa Traoré accusait les trois gendarmes responsables de l’arrestation de son frère Adama, de l’avoir tué. Les militaires avaient déposé plainte contre elle mais la justice Française en a décidé autrement.

Ce jeudi 1er juillet 2021, Assa Traoré, poursuivie en diffamation par trois gendarmes qu’elle accusait du meurtre de son frère Adama en juillet 20216 à Beaumont-sur-Oise dans le Val-d’Oise, a été relaxé par le tribunal de Paris.

Elle avait publié sur Facebook une lettre en juillet 2019 intitulée: « J’accuse », en référence à la formule d’Émile Zola. Dans cette lettre, elle accusait les trois gendarmes « d’avoir tué (son) frère Adama Traoré en l’écrasant avec le poids de leurs corps », « de ne pas (l’) avoir secouru » et « d’avoir refusé de (le) démenotter en affirmant qu’il simulait » comme le détaille ACTU17.

Pendant son procès, Assa Traoré avait rétorqué aux juges : « J’assume cette lettre. Si la justice française à laquelle j’étais censée faire confiance avait fait le travail nécessaire, peut-être qu’à ce moment-là, je n’aurais pas eu envie d’écrire cette lettre »

Adama Traoré est décédé au sein de la caserne de Beaumont-sur-Oise deux heures après son interpellation. Il avait tenté d’échapper à son arrestation, en vain.