Aisne : Il refuse un contrôle d’alcoolémie sort un pistolet et le place sur la tempe du policier

© Kevin Bonkendorf Photographie

Appelés pour un accident de la circulation, des policiers vont rapidement se rendre sur place.

Les faits sont survenus à Chambry dans l’Aisne ce samedi après-midi. À leur arrivée, les policiers constatent qu’un véhicule se trouve sur le rond-point du centre commercial Leclerc. Comme le relate L’Union, le conducteur semble alcoolisé et titube. Les forces de l’ordre décident de le soumettre à un test.

L’homme va alors refuser catégoriquement et va se diriger vers son véhicule. Les fonctionnaires pensent qu’il va chercher ses papiers mais ne se doute pas du danger qui les guette. En effet, l’individu se penche à travers la fenêtre de sa voiture, prenant quelque chose dans le vide-poches de la portière. Celui-ci sort alors un pistolet et braque directement à la tempe le policier le plus proche de lui.

Comme l’explique le quotidien régional, le policier a alors réagi vite, en écartant l’arme et en immobilisant avec trois autres collègues le forcené. « Ils auraient pu me descendre comme un lapin. Je vous remercie de ne pas l’avoir fait », a lancé le prévenu, alors qu’il comparaissait ce lundi au tribunal en comparution immédiate. Âgé de 46 ans et père de quatre enfants, il explique qu’il respecte les forces de l’ordre. « Je ne comprends pas mon geste, j’ai dû paniquer ». L’homme venait de sortir de cure pour des problèmes d’alcool. Ce qui inquiète aussi le tribunal, c’est l’arsenal qu’il a chez lui. En tant que chasseur il possède pas moins de dix armes.

Pour le policier braqué, le traumatisme est bien réel, « Je suis papa depuis un mois, j’ai pensé tout de suite à mon fils. C’est bizarre de se dire qu’en une fraction de seconde, on peut ne plus être là. » Le tribunal a condamné le mis en cause à deux ans de prison, dont un an avec sursis probatoire de deux ans. Il effectuera cette peine à domicile, sous surveillance électronique. Il a également l’interdiction de détenir une arme pendant cinq ans et son permis de conduire a été annulé. Il devra en outre verser la somme de 2 500 euros au policier braqué et 800 euros à chacun des policiers présents au moment des faits.