Depuis Tahiti, Emmanuel Macron dénonce les antivax « égoïstes » et appelle à l’unité face au virus

©️ Facebook Spannagel Maxime Photographie

« J’ASSUME… » – Depuis Tahiti, le chef de l’Etat a appelé à ce que le débat parlementaire sur le pass sanitaire qui se prolonge dimanche, « se fasse dans l’apaisement », exhortant plus que jamais les Français à se faire vacciner.

« J’assume totalement mes décisions ».  Au lendemain de nouvelles manifestations contre la « dictature sanitaire », rassemblant plus de 160.000 personnes dans le pays, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, Emmanuel Macron a défendu, aussitôt après son arrivée à Tahiti, les mesures « proportionnées » du gouvernement.

« La manifestation est un droit constitutionnel (…) maintenant je pense que la priorité est à la mobilisation », a ajouté le chef de l’Etat appelant à l’unité et soulignant que « chacun est libre de s’exprimer dans le calme et le respect de l’autre ». Mais « la liberté où je ne dois rien à personne n’existe pas » et celle-ci « repose sur un sens du devoir réciproque ».

« Ça s’appelle l’irresponsabilité, l’égoïsme« 

« Si on aime sa liberté et si on respecte les autres, le seul geste à faire c’est de se faire vacciner », a-t-il poursuivi présentant la vaccination comme « un combat essentiel » et estimant que « lorsque la science donne des armes, il faut les utiliser ».

Et d’argumenter : « Si demain vous contaminez votre père, votre mère ou moi-même, je suis victime de votre liberté alors que vous aviez la possibilité d’avoir quelque chose pour vous protéger et me protéger. Et au nom de votre liberté, vous allez peut-être avoir une forme grave (du virus) et vous allez arriver à cet hôpital. Ce sont tous ces personnels qui vont devoir vous prendre en charge et peut-être renoncer à prendre quelqu’un d’autre (…) Ce n’est pas ça la liberté, ça s’appelle l’irresponsabilité, l’égoïsme »

« L’épidémie est en train de reprendre »

Confirmant qu‘ »avec ce variant Delta, l’épidémie est en train de reprendre », Emmanuel Macron s’est « félicité » que la France se prépare à passer « sans doute dans les prochaines heures le cap des 40 millions de primo-vaccinés », ce qui ne semblait pas possible « avant plusieurs semaines »« Il y a une forte accélération, on doit continuer car il y a encore des doses (de vaccin) disponibles », a-t-il insisté.

Le chef de l’Etat a pour finir appelé à ce que le débat parlementaire sur le pass sanitaire, qui se prolonge ce dimanche, « se fasse dans l’apaisement et l’efficacité », « jusqu’à ce que nous ayons un texte dûment voté qui sera soumis au Conseil constitutionnel ». Saluant le « débat démocratique », il a estimé « légitime et normal que les parlementaires discutent et modifient un projet de loi déposé par le gouvernement comme la constitution le prévoit ».