Fleury-Mérogis : Salah Abdeslam aurait dispensé des cours de doctrine religieuse intégriste durant son incarcération

DR

Ce sont les révélations de Mediapart confirmées par BFMTV indiquant qu’une note de l’administration pénitentiaire soulignerait que Salah Abdeslam, dernier membre en vie du commando du 13-novembre, aurait dispensé des cours de doctrine religieuse intégriste durant son incarcération et tenu des propos radicaux.

Jugé depuis ce mercredi 8 septembre dans le cadre d’un proche historique qui durera neuf mois, pour son implication au sein du commando djihadistes responsables des attentats de Saint-Denis et de Paris le 13 novembre 2015, Salah Abdeslam a joué la carte de la provocation lors des premières prises de parole.

« D’abord, je tiens à témoigner qu’il n’y a pas de divinité à part Allah. Et que Mohamed est son serviteur et son messager » a-t-il déclaré.

Comme le révèlent Mediapart et BFMTV, le radicalisme de l’individu avait déjà été souligné lors de sa détention à Fleury-Mérogis il y a trois semaines par les surveillants pénitentiaires.

Selon ce document, versé aux débats du procès, il aurait, en septembre 2020, lors de la découverte de son ordonnance de mise en accusation, crié à plusieurs reprises « Allah Akbar » ! ​et aurait défié les agents de la pénitentiaire​, leur déclarant : « Flippe pas, mécréant ! […] Je sortirai un jour, sur Allah. Et j’aurai ma vengeance !​ ». En décembre 2020, alors que son placement sous vidéosurveillance est renouvelé, il déclare, selon Mediapart : « Je ne veux rien, ni de vous, ni du juge. Il n’y a que la justice d’Allah qui compte !« 

Par ailleurs, BFMTV indique qu’entre 2016 et 2019, divers incidents ont été rapportés par l’administration pénitentiaire, dont « un refus de fouille intégrale, des insultes et autres menaces à l’encontre des surveillants pénitentiaires, mais encore des tentatives d’obstruction et d’endommagement des caméras de vidéosurveillance.« 

Toujours selon BFMTV,  l’administration rapporte que Salah Abdeslam « se distingue par le prosélytisme » ​auquel il s’adonne en prison : « Il use de sa médiatisation pour influencer ses codétenus et leur dispenser des conseils religieux« ​, notamment auprès de son voisin de cellule. Il aurait donné à quelques autres détenus des « cours de doctrine​.« 

Mediapart individu également que Salah Abdeslam a lu, durant sa détention, de nombreux ouvrages « salafistes ou wahhabites« ​. Les journalistes rapportent qu’il s’est « investi dans de nombreux échanges, de porte à porte« ​. Un comportement qui se serait amélioré après avoir été éloigné de deux détenus disposant « d’une connaissance fine des savoirs religieux djihadistes« , qui lui aurait « porté contradiction« ​.

Toutefois, lors d’un échange avec l’administration, au mois d’août 2020, il se serait défini comme « passeur de la parole du Créateur​.«