Dunkerque : Deux anciens détenus de la prison interpellés par le RAID. Ils avaient agressé des policiers et un surveillant pénitentiaire hors service.

© SICoP - Police nationale Twitter : @PoliceNationale

Le RAID est intervenu ce jeudi matin au domicile de deux anciens détenus de la maison d’arrêt de Dunkerque dans les Hauts-de-France.

Les deux individus, âgés de 23 et 28 ans, sont soupçonnés d’avoir menacé des policiers hors service, dont l’un qui a été agressé, ainsi qu’un surveillant pénitentiaire qui se trouvait à proximité de son domicile.

Selon les informations d’Actu17, les policiers de l’unité d’élite sont intervenus suite à des faits qui se sont déroulés samedi dernier, dans la matinée. Les deux hommes, bien connus des services de police, s’en sont pris à des policiers hors service qui se trouvaient avec leur famille. Les fonctionnaires se trouvaient dans un bus qui allait partir vers le Parc Astérix. Après avoir pris à partie l’un d’entre eux, qu’ils avaient manifestement reconnu, les deux suspects ont continué leur route. Il était alors 5h45.

Vers 7h00, les deux individus se dirigent alors vers le domicile d’un surveillant pénitentiaire de la maison d’arrêt de Dunkerque. Prison où ils étaient incarcérés. Après l’avoir menacé de violences et d’actes d’intimidation, ils ont continué leur « périple »… Vers 8h30, ils reconnaissent un policier dans une boulangerie. L’un des suspects hurle le prénom du policier en lui disant qu’il était désormais « sorti de prison ». Celui-ci est venu coller sa tête contre le front du fonctionnaire en repos après avoir consommé du protoxyde d’azote, un gaz hilarant. Le policier a dû le repousser à plusieurs reprises.

Les deux hommes s’en prendront également à un employé de la mairie d’une commune voisine. Ayant pris la fuite avant l’arrivée des forces de l’ordre, les services de police n’auront pas de mal à les identifier. L’intervention du RAID s’est déroulée jeudi vers 6 heures du matin. Placés en garde à vue, des perquisitions ont permis la découverte de stupéfiants chez le suspect de 28 ans.