Justice : Le journaliste militant Taha Bouhafs reconnu coupable d’injures raciales envers la policière Linda Kebbab

Linda Kebbab. Unité SGP Police

Le journaliste militant Taha Bouhafs a été jugé par le tribunal correctionnel de Paris ce mardi 28 septembre.

Il lui était reproché d’avoir, le 3 juin 2020, posté un message sur Twitter à l’encontre de la policière Linda Kebab, en la qualifiant d’«ADS : Arabe de Service», avant d’effacer son tweet. 

En effet, comme le relate Le Figaro, au lendemain d’une manifestation interdite dénonçant les «violences policières» organisée à Paris à l’initiative de proches d’Adama Traoré, Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat de police Unité SGP-FO, était l’invitée de France Info. Elle avait alors accusé Assa Traoré, la sœur d’Adama Traoré, de se «saisir» de la mort de George Floyd aux États-Unis pour faire valoir ses propres intérêts.

Le tribunal a considéré que l’expression «arabe de service» constitue «un propos outrageant et méprisant» envers Linda Kebbab et qu’en le tenant Taha Bouhafs s’est volontairement fondé sur son origine, à laquelle il l’a réduite pour l’assigner à une place peu valorisante voire dégradante pour une syndicaliste d’alibi, ce qui par ailleurs a pour effet de décrédibiliser ses déclarations. Taha Bouhafs est condamné à payer une amende de 1500 euros et devra aussi payer 2000 euros de dommages et intérêts à Linda Kebbab.