Condé-sur-Sarthe : Après le choc de la prise d’otages, les surveillants réclament du changement « Il n’y aura plus de laxisme »

Ce mardi a eu lieu une violente prise d’otages à la prison sécuritaire de Condé-sur-Sarthe.

Une centaine de surveillants ont bloqué la maison centrale ce mercredi dès six heures du matin. Choqués, ils ont décidé de marquer le coup. Une jeune surveillante a expliqué dans Actu.fr, « C’était important de soutenir le mouvement. On se dit que ça peut être nous ».

Le secrétaire local Force Ouvrière Justice Kevin Grippon clament les revendications de son organisation, « Les mêmes que lors de la dernière prise d’otages en 2019 : davantage d’effectifs et une autre organisation. Il faut faire en sorte que tout l’effectif puisse passer la porte, pour travailler en toute sécurité ». Des nouveaux moyens matériels ont également été réclamés. « Avec des pistolets à impulsion électrique, les surveillants pourraient davantage dissuader les détenus, qui les désavouent au quotidien », ajoute-il.

Les surveillants entendent rester mobilisés devant la prison au moins jusqu’au vendredi 8 octobre, date à laquelle une nouvelle réunion de négociations aura lieu avec la direction. Si celle-ci n’aboutit pas à une satisfaction mutuelle, les surveillants comptent bien se faire entendre. « Si vendredi il n’y a pas d’amélioration, on sera présent samedi matin ! », a indiqué plusieurs membres de FO Justice.