Béthune : Un détenu évadé de prison frappe sa compagne et les policiers

ACTUPénit.com

Un Béthunois, évadé de prison a été renvoyé en détention après avoir violenté sa compagne et les forces de l’ordre sous l’emprise de l’alcool.

L’individu avait été libéré sous contrainte suite à dix-huit mois de détention. Il devait respecter des règles et des horaires au centre d’accueil où il était hébergé afin de terminer sa peine. Seulement, le 8 septembre, il n’est pas rentré au centre d’accueil. Considéré comme évadé, les forces de l’ordre le recherché.

C’est finalement sa compagne qui alertera les policiers, expliquant avoir été violentée. Saignant au niveau du crâne après avoir eu la tête claquée contre un bâti de porte, elle a désigné son conjoint comme l’agresseur.

Ce dernier, âgé de 30 ans, ivre s’est mis à insulter les policiers et refusa de monter dans la voiture. Il a alors mis de violents coups de pied aux forces de l’ordre. En garde à vue, l’évadé violent évoquera un trou noir du fait de son alcoolisation comme l’explique le journal La voix du Nord.

Jugé ce lundi, il a expliqué à la barre : « Si les faits sont vrais, je suis désolé. J’ai fait l’idiot, j’ai mal réagi, je n’étais pas moi-même. » Il dit se souvenir être chez sa compagne, recevoir une gifle et la repousser. Mais pas l’avoir étranglée ni s’en être pris aux policiers. Quant à l’évasion, il la reconnaît sachant très bien qu’il n’a pas respecté les règles de sa libération sous contrainte. Tout ça pour aller déménager des amis…

L’avocat des cinq policiers, s’exaspère : « À part boxeur, je ne connais pas de métier où on prend plus de coups que policier » et demande 2 000 € de dommages et intérêts et 500 € de frais de justice pour chacun. La procureure a, elle, requis deux ans de prison contre l’homme déjà condamné treize fois.

Les juges ont condamné Frédéric.F à deux ans de prison dont six mois avec un sursis probatoire pour les violences, plus six mois pour son évasion. Il devra verser, au total, 2 800 € aux cinq policiers. L’homme a dix jours pour faire appel.