L’ex-otage Sophie Pétronin est retourné vivre au Mali en y entrant illégalement. La gendarmerie lance un avis de recherche

Sophie Pétronin. Capture France 24 news

Sophie Pétronin avait été libérée en octobre 2020. Cette dernière se serait faite en échange de plus de 200 combattants djihadistes, à l’initiative du gouvernement Malien.

Cet échange avait été largement discuté. Le reporter Didier François (grand reporter d’Europe 1, spécialiste des questions de terrorisme et lui-même ancien otage en Syrie,) expliquait que cette initiative contredit profondément la stratégie adoptée dans la région avec l’opération Barkhane.

« Que l’on discute d’échanger un ou deux prisonniers est une chose, mais que le gouvernement malien décide de rentrer dans des négociations à ce niveau change singulièrement la donne », estime Didier François. « On ne peut pas faire ça d’un côté et de l’autre demander à la force Barkhane de mener les combats dans une opération d’attrition, tuant une centaine de djihadistes par mois pour tenir la situation. »

Ce matin, nous apprenons par la rédaction internationale de Radio France que Sophie Pétronin a regagné Bamako au mois de mars. Elle a regagné le Mali en toute illégalité.

Un avis de recherche diffusé

Malgré la pression des autorités françaises pour qu’elle n’obtienne pas de visa, Sophie Pétronin s’est lancée dans un long périple terrestre pour rejoindre sa fille adoptive, six mois seulement après avoir fait partie d’un échange impliquant la remise en liberté de plus de 200 combattants djihadistes.

Elle fait désormais l’objet d’un avis de recherche, diffusé par la direction générale de la gendarmerie malienne. Il demande à « toutes les unités » de localiser la travailleuse humanitaire française, de l’appréhender et « la conduire sous bonne escorte » à Bamako.

Selon les informations du journal France TV Info, quelques temps après sa libération, l’ancienne otage a effectué, sans succès, des démarches pour obtenir un visa de séjour auprès des autorités maliennes. Face à ce refus systématique, elle a fini par convaincre son fils Sébastien et a actionné un plan B pour atteindre son but.

Au prétexte de vouloir prendre des vacances en Casamance (Sénégal), les Pétronin se sont enregistrés sur un vol Genève-Dakar et se sont lancés, dès leur arrivée, dans un voyage par la route qui a duré plus de trois jours. Sautant d’un bus à l’autre, agrippée à la selle de moto-taxis, Sophie Pétronin, par moments voilée, est parvenue à franchir la frontière et gagner Bamako, accompagnée de son fils. L’ex-otage s’est installée dans la capitale en mars 2021. Son fils a immédiatement informé l’imam Dicko, figure religieuse très influente au Mali, de sa présence en ville.