Fresnes : Tentative d’évasion d’une détenue, le parquet national anti-terroriste saisi de l’enquête

© actupenit.com

Après la tentative d’évasion d’une détenue survenue dans la nuit de samedi à dimanche à la prison de Fresnes, le parquet national anti-terroriste a été saisi de l’enquête.

Douha M., âgée de 31 ans, a bien failli réussir son coup. Comme le relate La Voix du Nord, mise en examen en décembre 2017 pour avoir rejoint les rangs de l’état islamiste, en passant par la Tunisie. Elle aurait été expulsée de Syrie où elle a passé deux ans avec son mari, vers la France où elle a été aussitôt placée en détention provisoire en attendant son jugement.

Fichée S, elle aurait un « rôle de leader » auprès des autres détenues de la prison et fait l’objet d’une vigilance particulière de la part de l’administration pénitentiaire. Comme le relate BFMTV, elle est entendue en garde à vue depuis dimanche pour association de malfaiteurs terroriste et tentative d’évasion, une audition qui pourrait durer quatre jours au total.

L’enquête a été confiée à la police judiciaire parisienne et à la DGSI. Les enquêteurs vont devoir déterminer notamment si elle a bénéficié d’éventuelles complicités, et si elle avait un éventuel projet terroriste derrière ou non. Yoan Karar, secrétaire général adjoint de FO-Justice, a expliqué sur les antennes de BFMTV que les miradors de la maison d’arrêt des femmes ne fonctionnent plus « faute de personnel », un défaut de sécurité qui aurait pu profiter à la détenue radicalisée.

Le syndicaliste s’indigne du « manque de personnel pour gérer les détenus ». L’OIP alertait dès 2017 sur le fait que « 10% des postes de surveillants étaient vacants ». D’après les informations de BFMTV, les murs de la prison de Fresnes sont gorgés d’eau et friables, facilitant une évasion à la cuillère.