Guadeloupe : Après quatre jours de blocages et de violences, le préfet a décidé de hausser le ton

200 policiers et gendarmes vont être envoyés en renfort en Guadeloupe après la forte mobilisation contre le pass sanitaire et les violences qui en découlent.

Ce vendredi 19 novembre, le préfet a même décidé de hausser le ton après quatre jours de blocages de routes et de l’accès au CHU de Guadeloupe et de violences perpétrées par des émeutiers. Comme l’explique Le Figaro, celui-ci a annoncé la mise en place d’un couvre-feu à compter de ce vendredi, de 18h à 5h, «compte tenu des mouvements sociaux en cours dans le département et des actes de vandalisme», ont annoncé ses services.

Le plus haut représentant de l’Etat dans l’île a affirmé tenir compte des «incendies de biens publics, barrages sur les routes, jets de pierres sur les forces de l’ordre, tirs de mortier». La vente d’essence en jerrican est également interdite. Cette mesure devrait durer jusqu’au 23 novembre.

La mobilisation lancée il y a cinq jours par un collectif d’organisations syndicales et citoyennes contre le passe sanitaire et l’obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19 se double désormais de violences commises par des émeutiers. Des incendies volontaires et des pillages sont ainsi perpétrés par ces derniers.