Seine-Saint-Denis : La médaillée d’or olympique de judo Margaux Pinot, publie une photo et ne comprend pas la relaxe d’Alain Schmitt

Capture Twitter @Margauxpinot2

La judokate Margaux Pinot, médaillée d’or à Tokyo cet été, affirme avoir été agressée et a porté plainte contre son compagnon et ex-entraîneur Alain Schmitt.

La sportive de 27 ans affirme avoir été agressée dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 novembre au Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis, à son domicile. Comme le relate France3, elle s’était réfugiée chez une voisine après avoir reçu de multiples coups au visage puis avait alerté la police.

La jeune femme a publié une photo sur son compte Twitter. Très marquée physiquement elle explique « J’ai été insultée, rouée de coups de poings, ma tête a été frappée au sol à plusieurs reprises. Et finalement étranglée ».

Elle explique ne pas comprendre pourquoi son compagnon, Alain Schmitt, jugé en comparution immédiate ce mardi a été relaxé. « Que vaut leur défense calomnieuse face à mes blessures, et le sang jonchant le sol de mon appartement ? Que manquait-il ? La mort au bout, peut-être ? C’est probablement le judo qui m’a sauvé. Et mes pensées sont aussi pour celles qui ne peuvent pas en dire autant ».

Comme le relate L’Équipe, à la barre du tribunal de Bobigny, mardi soir, Alain Schmitt, 38 ans, avait contesté ces accusations. « Je ne lui ai pas mis de coup de poing ou de coup de boule, avait-il lancé. Ces traces, ce sont les endroits où on s’est cognés. Et s’il y en a partout, c’est qu’on s’est cognés pas mal. »

La relaxe obtenue par Alain Schmitt a également suscité la réaction de Clarisse Agbégnénou. « Je n’ai pas les mots pour exprimer tout ce qui se passe dans ma tête et mon corps en tant que femme face à ce que ma coéquipière Margaux Pinot a subi, a publié la double médaillée d’or aux JO de Tokyo. D’autant plus choquée de la décision de la justice. Que faut-il pour que les sanctions tombent, la mort ? » Le parquet a décidé de faire appel de la relaxe d’Alain Schmidt.