Piétons trainés en voiture : L’individu propose 1000€ à une victime si elle retire sa plainte

SDF trainé par une voiture
Piétons trainés en voiture : un retraité porte plainte, deux individus interpellés

Deux individus ont été interpellés dans cette affaire qui fait pas mal de bruit dans les médias. Ils sont suspectés d’avoir trainé des piétons à bord d’une voiture dans les rues de Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis.

L’un des deux hommes est le conducteur, l’autre est celui qui filme la scène. L’une des victimes, âgé de 67 ans a déposé une plainte. il a été trainé sur une centaine de mettre. C’est lui que l’on peut voir sur la vidéo. Cette dernière avait été dénoncée sur la plateforme Pharos.

Une enquête avait été ouverte, permettant les gardes à vues des deux prévenus et d’obtenir la plainte d’une victime. Comme l’explique Europe 1, les deux individus, soit, le conducteur Amin B., 24 ans, et le passager qui a filmé la scène Davnys F, 23 ans auraient fait au moins trois victimes. Dont Ali, ce retraité âgé de 67 ans.

Dans le procès verbal que le journal Europe 1 s’est procuré, le retraité raconte s’être rendu dimanche vers 7h45 au bar des Pyramides à Noisy-le-Sec pour prendre un café. « Un véhicule de marque Renault Clio avec quatre jeunes âgés de 20 à 25 ans. Ils m’ont demandé une cigarette, je me suis alors approché de la voiture afin de leur remettre », détaille-t-il dans sa plainte. « Devant le véhicule, le conducteur m’a alors attrapé la main droite, puis il a ensuite démarré. Je me suis mis à courir, côté gauche de la voiture. »

Ali a 45 jours d’interruption temporaire de travail (ITT)

C’est alors que le retraité de 67 ans a parcouru une distance d’environ 100 mètres « avant que le conducteur (le) lâche ». « Je suis tombé au sol lourdement, m’écrasant le visage complètement contre le sol ainsi que l’épaule gauche et le pied droit », explique le retraité dans sa plainte. Ce dernier est blessé aux jambes, bras, au visage et aux hanches, mais son pronostic vital n’est pas engagé. Au total, Ali a 45 jours d’interruption temporaire de travail (ITT).

Pire encore, la victime explique qu’une personne est revenue la voir pour lui proposer de l’argent s’il retirait sa plainte. « Il m’a dit ‘Si tu retires la plainte, le gars te donne 1.000 euros ce soir (lundi)’. Je lui ai dit ‘Je ne retire pas ma plainte, ça ne m’intéresse pas, j’ai des soins à faire' », confie Ali.

Je n’ai pas envie de prendre une balle perdue

Maintenant Ali a peur de subir des représailles. La police lui a conseillé de ne pas trainer dans le quartier le temps que l’affaire se passe. « Il paraît que le gars a un grand frère qui est encore plus bandit que lui, alors je n’ai pas envie de prendre une balle perdue ou de me faire encore agresser », ajoute le retraité de 67 ans.

Les suspects sont tous les deux défavorablement connus des services de police, le second qui a pris la vidéo étant sous le coup d’un sursis et d’une récidive pour violence avec arme en réunion.