Ukraine : Des journalistes se font tirer dessus près de Kiev. Regardez les images terrifiantes

Ce sont des images terrifiantes et un récit qui ne l’est pas moins. Une équipe de journalistes de Sky News a été prise dans une embuscade près de Kiev, comme le montre un reportage diffusé hier soir par la chaîne.

Sur la vidéo, On peut voir des images de l’équipe qui roule en voiture avant d’entendre une petite détonation. Pendant plusieurs dizaines de secondes, des rafales se succèdent alors que les journalistes tentent de se mettre à l’abri derrière le véhicule. La caméra continue de tourner, laissant entendre les coups de feu. Des débris de verre s’envolent près de l’objectif, alors que les personnes prises pour cible hurlent qu’elles sont journalistes. Cela n’arrête pas les tirs.

Les journalistes, eux-mêmes racontent cette terrible scène.

“Le premier coup a fissuré le pare-brise. Le caméraman Richie Mockler s’est blotti dans le plancher du passager avant. Ensuite, nous étions en pleine attaque. Les balles ricochaient dans toute la voiture, les traceurs, les éclairs de balles, le pare-brise, les sièges en plastique, le volant et le tableau de bord s’étaient désintégrés.

Nous ne le savions pas à l’époque, mais les Ukrainiens nous ont dit plus tard que nous étions pris en embuscade par une escouade de reconnaissance russe saboteuse. C’était professionnel, les balles n’arrêtaient pas de s’écraser sur la voiture – elles ne manquaient pas. Le producteur Martin Vowles, qui conduisait, est sorti le premier de la voiture, rapidement suivi par Andrii Lytvynenko, notre producteur local, me laissant, Richie, et mon producteur Dominique Van Heerden à l’intérieur, se cachant au niveau des pieds et sur la banquette arrière.

À ce stade, nous avons pensé que c’était un point de contrôle de l’armée ukrainienne qui nous tirait dessus et que c’était une erreur, alors nous avons commencé à crier que nous étions des journalistes, mais les coups continuaient.

Nous savions que nous devions sortir pour survivre, mais le feu entrant était intense. Dominique a poussé sa porte un peu plus loin et s’est glissée au sol, rampant vers une barrière d’autoroute, puis a plongé sur un talus de 12 mètres de haut, roulant jusqu’au fond.

Je me souviens m’être demandé si ma mort allait être douloureuse. Et puis j’ai été touché dans le bas du dos.  Mais ce qui m’a étonné, c’est que ça ne faisait pas si mal. C’était plus comme être frappé, vraiment. C’était étrange, mais je me sentais très calme. J’ai réussi à mettre mon casque.  J’ai perdu l’équilibre et je suis tombé au fond, atterrissant comme un sac de pommes de terre, me coupant le visage.

Mon armure et mon casque m’ont certainement sauvé. Mais Richie était toujours à l’intérieur de la voiture. Les cartouches pénétraient dans la voiture à chaque fois qu’il bougeait. Il était en fait protégé par le bloc moteur – il le savait. Il a crié et nous lui avons crié de venir. Mais alors silence. Il nous a semblé une éternité avant qu’il n’émerge par-dessus la barrière et ne saute vers nous, suivi d’une rafale de coups de feu.

En bas, nous nous sommes regroupés. Nous étions tous les cinq vivants. Nous ne pouvions pas le croire. Nous étions sous le choc, sans aucun doute.”

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️