Reims : Arrêtée, elle prétend ne pas savoir comment les 194 grammes d’héroïne sont arrivés dans sa petite culotte

© actupenit.com

Une jeune femme a été interpellée avec 194 grammes d’héroïne cachés dans sa petite culotte à Reims en Champagne-Ardenne.

La police est intervenue avenue de Laon. Un couple se dispute bruyamment. Sur place, les policiers ne constatent aucune violence et repartent. Trente minutes plus tard, la jeune femme appelle le commissariat et explique avoir été frappée par son conjoint. Les forces de l’ordre retournent sur place.

Comme le relate L’Union, à l’arrivée des policiers, ça semble chauffer dans l’appartement. « Au secours ! Au secours ! », entendent-ils depuis le palier. Elle hurle que son concubin « l’étrangle », qu’il veut la « tuer », qu’il a « caché les clefs ». Un grand coup résonne contre la porte, comme si la jeune femme subissait des violences mais chose bizarre, la voix de l’homme également perceptible est lointaine : il n’est pas à côté d’elle, c’est certain.

Finalement la mise en cause s’énerve. « Vous allez la casser, cette porte ? Vous ne servez à rien ! Allez-vous faire… ! Bande de bâtards ! » et autres insultes sur l’anatomie masculine prétendument riquiqui des agents intervenants. La voix du concubin se fait soudain plus proche : « Je vous bute si vous franchissez la porte ! »

Le conjoint poursuivi pour menaces de mort

La porte finira par s’ouvrir et personne n’opposera de résistance. En état d’ébriété, la jeune femme explique ne pas avoir été frappée. Le conjoint est lui poursuivi pour les menaces de mort envers les policiers. Il sera jugé le 13 septembre. Il a été écroué pour purger une condamnation qui traînait.

Lors de la fouille de sécurité réalisée par un personnel féminin. La policière a d’abord constaté la présence d’un sachet de café dans la petite culotte. 194 grammes d’héroïne s’y trouvent pour une valeur marchande de 7 000 euros.

Prison avec sursis

Lors de la garde à vue elle expliquera ne pas savoir comment la drogue est arrivée là. À l’audience, elle admettra que c’est son concubin qui lui a demandé de le glisser dans la petite culotte. L’homme est connu pour trafiquer. Six de ses sept condamnations sont en liens avec des infractions à la législation sur les stupéfiants.

La jeune femme a été condamnée à 15 mois de prison avec sursis. Comme l’explique le quotidien régional, du fait de la clôture de l’enquête avant les aveux de la concubine à l’audience, l’homme ne devrait pas être inquiété pour la détention des 194 grammes d’héroïne.

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️