Meurtre d’Yvan Colonna : Ce que l’administration pénitentiaire n’a pas dit sur Franck Elong Abé

Yvan Colonna
Yvan Colonna Archives

Franck Elong Abé, le meurtier présumé d’Yvan Colonna, avait été présenté comme un détenu sans histoire.

Selon plusieurs documents internes à l’établissement dont Le Monde a pu prendre connaissance, il semble qu’il en soit tout autre. En effet, selon le journal, le parcours de Franck Elong Abé en prison a été émaillé d’incidents, de violences et de menaces.

Auditionnés par la commission des lois de l’Assemblée nationale, l’ex-directrice de la prison, qui a quitté ses fonctions à Arles le 17 février, soit moins de trois semaines avant l’assassinat d’Yvan Colonna et son successeur ont décrit le profil d’un individu sans aspérité notable.

Un parcours jonché de passage à l’acte disciplinaire

Or selon Le Monde, en 2019, le service de probation et d’insertion pénitentiaire (SPIP) avait rappelé son parcours carcéral « jonché de passages à l’acte disciplinaires de toute nature ». Vingt-neuf faits au total répertoriés depuis sa brève prise d’otages au sein de l’unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) de Seclin, dans le Nord, en 2015. Il avait séquestré une infirmière en la menaçant avec un poinçon artisanal.

L’administration pénitentiaire a-t-elle cherché à dissimuler le véritable comportement de l’ancien djihadiste en Afghanistan, mis en examen pour l’assassinat d’Yvan Colonna, le 2 mars ? C’est la question que se pose le journaliste de du Monde.

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️