AFFAIRE DELPHINE JUBILLAR : La thèse d’une violente bagarre relancée avec l’expertise de ses lunettes

affaire jubillar
Photo Facebook de Delphine Jubillar

Une nouvelle expertise des lunettes de Delphine Jubillar, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, vient relancer la thèse d’une violente bagarre.

C’est un nouveau rebond dans l’enquête sur la disparition de l’infirmière de 33 ans. Son marin, Cédric Jubillar est toujours le principal suspect dans cette affaire. Le soir de la disparition de Delphine, sa paire de lunettes avait été retrouvé cassée à deux endroits bien distincts de la maison.

Une branche était sur la table et l’autre, au sol, derrière le canapé. Une scène qui avait suscité de nombreuses interrogations chez les enquêteurs et nécessité des recherches approfondies rapporte le journal La Voix du Nord.

Le 7 avril dernier, les résultats des analyses des lunettes ont été ajoutés au dossier d’instruction. Des tests poussés ont été effectués sur une monture identique à celle de Delphine Jubillar. Les spécialistes de la direction générale de l’armement (DGA) assurent que la paire de lunettes a été cassée sous l’influence d’une force extérieure et que seule l’application d’une charge au niveau du nez a pu reproduire les dégâts.

« Les examens et essais réalisés permettent de conclure que les dommages observés sur la paire de lunettes de Delphine Jubillar sont la conséquence d’efforts dynamiques (…) Les efforts ont été appliqués de l’extérieur vers l’intérieur », affirment-ils. La chute d’une hauteur d’1,60 m, la taille de l’infirmière, n’aurait pas pu causer ces dégâts.

Les résultats accréditent la thèse d’une violente dispute au sein du couple et renforcent le témoignage du fils qui assure aux magistrats avoir entendu ses parents se disputer dans le salon et se souvenir que sa mère portait ses lunettes le soir pour regarder la télévision. Les lunettes, retrouvées tel quel, étaient « inutilisables ».

Cédric Jubillar, se son côté, a toujours expliqué aux enquêteurs que les lunettes de Delphine étaient cassées depuis longtemps. Ce dernier est toujours mis en examen pour « meurtre par conjoint ». Il est écroué depuis le 18 juin 2021.

❤️ - NOUS SOUTENIR - ❤️

ÉCRIVEZ UN PETIT MOT ⬇️